Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Université - Communication - Temps forts - Temps forts 2018-2019 - Le professeur Olivier de Frouville élu au Comité des disparitions forcées

Le professeur Olivier de Frouville élu au Comité des disparitions forcées

Vie de l’établissement
Le professeur Olivier de Frouville élu au Comité des disparitions forcées
facade-pantheon
L’université Paris 2 se félicite de l’élection, le 25 juin 2019 à New-York, du Professeur Olivier de FROUVILLE au sein du Comité des disparitions forcées de l'ONU pour la période 2019-2023.

Olivier de Frouville, professeur de droit public à l'Université Paris 2 Panthéon-AssasLe Comité des disparitions forcées est institué par la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, entrée en vigueur le 23 décembre 2010. Composé de 10 experts indépendants élus par les 60 États parties à cette Convention, le Comité remplit plusieurs fonctions, dont notamment des fonctions de prévention, de contrôle et d’alerte. À côté de l’examen des rapports étatiques et des « communications » individuelles, il peut recevoir des appels urgents en vue de rechercher une personne disparue dans les délais les plus brefs.

Depuis plus de 20 ans, le Professeur Olivier de FROUVILLE, directeur du Centre de recherche sur les droits de l'homme (CRDH) de l'université Paris 2 Panthéon-Assas et membre de l'Institut universitaire de France, a mis ses compétences au service des mécanismes internationaux de protection des droits de l'Homme. Il a notamment été membre et président-rapporteur du groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires - une procédure spéciale du Conseil des droits de l'homme, destinée à tous les Etats membres des Nations Unies - puis membre du Comité des droits de l'homme pendant un mandat de 4 ans. Cette double expérience trouve aujourd'hui son prolongement naturel au sein du Comité des disparitions forcées.

Son élection suit la lignée d'un autre professeur de Paris 2, en la personne de son prédécesseur, le Professeur Emmanuel DECAUX, ancien directeur du CRDH, qui a siégé pendant deux mandats au sein du Comité des disparitions forcées, dont il a été le premier président pendant 4 ans.