Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Recherche - Les Éditions Panthéon-Assas - Actualités - L'État de la Constitution 2018-2019 : entretien avec les auteurs

L'État de la Constitution 2018-2019 : entretien avec les auteurs

Recherche
L'État de la Constitution 2018-2019 : entretien avec les auteurs
Couverture de l'Etat de la Constitution 2018-2019, dirigé par Denis Baranger et Olivier Beaud
L'ouvrage est paru le 7 juillet aux Éditions Panthéon-Assas

Les Éditions Panthéon-Assas, piliers de la recherche de l'université Paris 2 Panthéon-Assas, mettent en lumière, depuis 1998, les travaux des enseignants et docteurs issus de toutes les disciplines de l'université : droit, science politique, économie, gestion et sciences de l’information et de la communication.

Pour conclure l’année universitaire, les Éditions Panthéon-Assas ont publié un ouvrage rassemblant les billets du blog de la revue Jus Politicum. Cet ouvrage, dirigé par les professeurs Denis BARANGER et Olivier BEAUD, offre aux lecteurs un état des lieux de la Constitution, en déchiffrant l’actualité de l’année en France et à l’étranger.

À l’occasion de la publication de L’État de la Constitution 2018-2019, les professeurs Denis BARANGER et Olivier BEAUD se sont prêtés au jeu de l’interview, pour en faire une présentation.

Éditions Panthéon-Assas – Les articles regroupés au sein de cet ouvrage étaient parus initialement sur le blog de la revue Jus Politicum : qu’est-ce qui a motivé votre envie de les publier au format papier ? Comment la sélection des articles s’est-elle opérée ?

Denis BARANGER et Olivier BEAUD - Le blog Jus Politicum est le blog d’actualité constitutionnelle de notre revue, dont l’existence est distincte. Lancé en 2016, il a rapidement connu un réel succès : plusieurs milliers de connexions par mois, et des publications très régulières par des auteurs de grande qualité. Le blog est devenu une référence en matière d’actualité et d’expertise constitutionnelle.

Sa naissance a surtout répondu à un besoin que n’assurait plus la grande presse éclairée, à savoir publier des chroniques constitutionnelles rédigées par des universitaires. Soit les journaux refusaient les papiers, jugés trop ésotériques ou spécialisés, soit ils exigeaient un volume si limité qu’aucune démonstration juridique ne devenait plus possible. Par ailleurs, les revues publient des articles bien longtemps après l’actualité « chaude » de droit constitutionnel. Bref, un manque est apparu, et il a été ressenti d’autant plus nettement par nous deux que nous pouvions à l’époque consulter en langue anglaise ou allemande des blogs de droit constitutionnel de grande qualité. 

Le passage à la forme « livre » se justifie par deux raisons principales. D’une part, il manquait une publication de référence sur l’actualité constitutionnelle, tout comme il peut en exister en économie ou en relations internationales. D’autre part, nos auteurs ne publient pas de brefs éditoriaux. Ils livrent en plusieurs pages de véritables expertises qui éclairent l’actualité mais ont aussi une valeur plus durable. 

Quels sont les grands thèmes abordés ?

En réalité, tout ce qui « se passe » dans l’actualité a un volet constitutionnel, qui fait souvent passer de l’anecdote à des questions de fond : l’affaire Benalla, la privatisation du groupe Aéroports de Paris, la crise des Gilets jaunes. Ou bien à l’étranger, le Brexit ou la présidence Trump.  Dans les derniers mois, nous avons beaucoup publié sur l’état d’urgence et la crise sanitaire  à l’étranger. En outre, il nous semble que le blog permet aux constitutionnalistes de réinvestir un domaine important, un peu négligé, qui est celui du droit parlementaire. Enfin, nous ne nous interdisons rien dans les types de billets (posts), et par exemple, nous publions des courtes recensions d’ouvrage. 

Pensez-vous que l’approche constitutionnelle offre un nouvel éclairage à l’actualité ?

Il n’y a pas d’événement politique, grand ou petit, qui n’ait sa composante institutionnelle, et que l’expertise constitutionnelle de nos auteurs ne contribue pas à éclairer, souvent de manière inattendue. On se rend compte par exemple que l’affaire Benalla est bien plus qu’un scandale politique ou une série d’anecdotes relevant de la rubrique judiciaire... Elle pose la question de l’institution présidentielle, de son statut et aussi de la commission d’enquête parlementaire (qui rebondit actuellement avec la gestion de la crise du coronavirus). Il en va de même d’à peu près tous les thèmes traités dans les pages de ce volume. 

À quel public s’adresse votre ouvrage ? 

Au public le plus large, du moins nous l’espérons. Mais il est clair que L’État de la Constitution  a pour ambition de constituer un outil de travail pour les professionnels de la vie publique (journalistes, monde politique, institutions) ainsi que, bien sûr, pour les étudiants. Beaucoup d’entre nous ont connu (et planché) sur des publications comparables en économie ou en géopolitique, que tout le monde connaît. L’État de la Constitution a vocation à compléter avantageusement un recueil de fiches de travaux dirigés (TD) d’un cours de droit constitutionnel, par exemple… On peut même espérer que telle ou telle personne chargée de confectionner une fiche de TD sera encline à consulter cet ouvrage pour y puiser tel ou tel billet susceptible d’être republié et de faire réfléchir nos étudiants en droit. En outre, il apportera des mises à jour bienvenues pour beaucoup de manuels…

Retrouvez cet ouvrage dès maintenant en librairie.