Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Communiqué

Communiqué

Vie de l’établissement
Communiqué
Façade du centre Assas

Réaction de Panthéon-Assas université à la suite de l'annulation par le Conseil d'État de la dénomination "Université de Paris"

« Une clarification bienvenue, dans l’intérêt de toutes les universités parisiennes »

Le choix de deux des universités historiquement issues de l’Université de Paris - Paris Descartes et Paris Diderot - de s’attribuer seules ce nom dans le cadre de leur fusion avait suscité en 2018 l’émotion de la communauté universitaire parisienne et de plusieurs présidents d’universités.

Panthéon-Assas université, héritière de la faculté de droit de Paris et donc, avec d’autres, de ce qui fut jusqu’en 1968 l’Université de Paris, l’une des plus anciennes et prestigieuses du monde, s’en était fait la porte-parole en déposant un recours contre le décret attribuant cette dénomination.

Par une décision en date du 29 décembre 2021, le Conseil d’État a annulé cette dénomination « Université de Paris ». Il a considéré que celle-ci « est susceptible d’induire en erreur les étudiants, les partenaires français et étrangers des universités parisiennes et plus généralement le grand public, [en] laissant entendre que ce nouvel établissement est l’unique successeur de l’ancienne université de Paris et, en outre, qu’il est la seule université pluridisciplinaire ».

Cette décision permet donc de clarifier les choses, dans l’intérêt de toutes les universités parisiennes. Elle rappelle que s’il y a une « Université de Paris », elle est la somme de toutes les universités de Paris, et non de deux d’entre elles. 

Panthéon-Assas université accueille avec soulagement la décision du Conseil d’État. La confusion sur un héritage partagé, sans réelle concertation préalable, n’était pas un bon point de départ pour construire le futur de Paris comme pôle d’excellence universitaire international.

« Il y a peut-être à Paris une rue de l’Université, au singulier, mais il y a surtout une rue des Écoles, au pluriel, car la richesse de l’Université de Paris est toujours venue de sa diversité. L’enjeu de ce recours n’était pas de gêner la constitution d’un pôle majeur dans ses domaines d’expertise, mais de rappeler l’héritage pluriel des universités parisiennes », indique Stéphane Braconnier, Président de Panthéon-Assas université.

Comme l’a souligné le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, la décision du Conseil d’État ne remet d’ailleurs pas en cause l’ensemble du projet porté par la fusion des Universités Paris Descartes et Paris Diderot, dont seule la dénomination est annulée.

Or le rayonnement international d’une Université dépend de son projet, davantage que de son nom.

La décision du Conseil d’État offre l’opportunité d’ouvrir une phase de réflexion et de dialogue sur ce nouveau nom. Panthéon-Assas université, attachée au rayonnement universitaire parisien, entend contribuer de manière constructive et ouverte à l’émergence d’une solution qui satisfasse l’ensemble des universités parisiennes.