Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Recherche - Les Éditions Panthéon-Assas - Actualités - Mélanges offerts à Philippe Lauvaux : entretien avec Tanguy Pasquiet-Briand

Mélanges offerts à Philippe Lauvaux : entretien avec Tanguy Pasquiet-Briand

Recherche
Mélanges offerts à Philippe Lauvaux : entretien avec Tanguy Pasquiet-Briand
Mélanges offerts à Philippe Lauvaux
Parus le 2 février 2021, ces Mélanges rendent hommage à Philippe LAUVAUX, professeur émérite de l’université Paris 2 Panthéon-Assas

Les Éditions Panthéon-Assas aspirent à valoriser les travaux de recherche développés au sein de l’université, mais également les universitaires qui les produisent. La publication de ces Mélanges, recueil de contributions offertes par les collègues et amis du dédicataire, portant sur ses thématiques de recherche, met à l'honneur Philippe LAUVAUX, professeur émérite de droit public de l'université Paris 2 Panthéon-Assas. Universitaire reconnu et apprécié, il a inspiré des générations d'étudiants et a su, pour certains, leur donner envie d'embrasser une carrière semblable. Tanguy PASQUIET-BRIAND, dont il a dirigé la thèse, aujourd'hui professeur de droit public à l'université Paris-Saclay, a souhaité lui rendre hommage en lui offrant ces Mélanges qu'il a coordonnés. 

Éditions Panthéon-Assas - Pourriez-vous nous présenter succinctement le professeur LAUVAUX et son œuvre scientifique ?

Tanguy PASQUIET-BRIAND - Le professeur Philippe LAUVAUX a commencé sa carrière académique en Belgique, son pays d’origine. Assistant à l’université Libre de Bruxelles au milieu des années 1970, il soutiendra en 1980 une thèse de doctorat à l’université Paris 2 Panthéon-Assas. Dirigée par le professeur André MATHIOT et portant sur le droit de dissolution, elle fut récompensée par un prix de l’université, ainsi qu’un prix de la Chancellerie. Le parcours universitaire du professeur LAUVAUX sera ensuite particulièrement riche, puisqu’il l’amènera, outre de multiples expériences à l’étranger et des fonctions de chargé de recherche au Centre national de la recherche scientifique, à enseigner à l’Institut d’études politiques de Paris, à celui de Lille, mais également à l’université Paris 12 (aujourd’hui université Paris-Est Créteil), de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, avant sa nomination en tant que professeur de droit public à l’université Paris 2 Panthéon-Assas, où il officiera pendant presque vingt ans. Parallèlement, Philippe LAUVAUX a été un membre actif de l’institut Michel Villey pour la culture juridique et la philosophie du droit, qui jouit d’une renommée internationale. Il a également co-présidé la section de droit constitutionnel de la Société de législation comparée avec Jean MASSOT, de 2006 à 2019.

Son œuvre scientifique est considérable. Elle a marqué plusieurs générations d’étudiants et de jeunes chercheurs, à la fois par la densité du savoir qu’elle a su rendre accessible et par la subtilité des analyses menées. Philippe LAUVAUX est probablement l’un des plus grands spécialistes des institutions politiques comparées, en ce sens qu’il connaît l’histoire et le fonctionnement d’une multitude de systèmes institutionnels. Ce sont d’ailleurs ces deux objets de recherche qui ont longuement orienté sa réflexion : l’approche historique et l’approche fonctionnelle ont été retenues par Philippe LAUVAUX pour rendre compte de manière exhaustive et stimulante, des dynamiques constitutionnelles propres à certains pays. Ensemble, elles ont nourri la rédaction d’ouvrages de référence. Philippe LAUVAUX a en effet publié plusieurs livres dont trois, à mon sens, peuvent être considérés comme d’incontournables classiques du droit constitutionnel. Il suffit, d’abord, de citer le précis intitulé Le Parlementarisme pour éveiller le souvenir des étudiants de l’Institut d’études politiques de Paris à qui il fut constamment recommandé depuis sa publication en 1987 et sa réédition en 1997, dans le cadre du cours d’institutions politiques de première année. Ce livre offre une exposition aboutie d’une catégorie certes multiforme, mais frappée du sceau de l’unité juridique, signifiée par la responsabilité politique. L’on ne peut, ensuite, ne pas évoquer Les Grandes démocraties contemporaines, constamment rééditées depuis 1989, traduites en plusieurs langues étrangères et dont la quatrième et dernière édition, en 2015, fut mise à jour par Armel Le DIVELLEC. Présenté comme une succession de monographies, le maître ouvrage de l’auteur orne toutes les bibliothèques universitaires, en raison des multiples informations qu’il renferme et qu’il rend accessibles. Il se compose de différentes études thématisées de grands systèmes constitutionnels démocratiques, depuis l’exploration politico-institutionnelle des modèles classiques (Grande-Bretagne, États-Unis, Suisse, Allemagne, Italie et Espagne), jusqu’à celles de contrées plus exotiques mais non moins intéressantes (Suède, Japon). L’actualité constitutionnelle fut sans cesse intégrée dans les différentes éditions, de telle sorte que le livre peut être considéré comme une codification à droit constant du droit comparé des institutions politiques modernes, bien qu’il s’agisse centralement de dégager la singularité culturelle de tel régime politique. Enfin, on peut retenir, parmi les ouvrages de Philippe LAUVAUX, les Destins du présidentialisme, parus en 2002 dans la collection Béhémoth des Presses universitaires de France. Dans un texte serré et passionnant, l’exception française est notamment mise en lumière dans le concert européen des régimes politiques, grâce à une observation du rôle et de la place du chef de l’État au sein d’un système parlementaire majoritaire. Philippe LAUVAUX a, en outre, fait paraître des études denses et plus spécifiques sur le droit de dissolution, à la suite de sa thèse de doctorat, mais aussi sur le parlementarisme rationalisé. Parallèlement, il a rédigé près de soixante-dix articles qui ont pu, pour certains, approfondir l’observation des systèmes politico-institutionnels, en particulier à travers la question de la responsabilité ministérielle, de la classification des régimes, de la monarchie, considérée dans ses formes historiques et contemporaines, et du modèle américain, Philippe LAUVAUX étant l’un des connaisseurs les plus avisés des institutions établies outre-Atlantique. D’autres textes ont porté sur les institutions administratives, sur le fédéralisme, enfin sur le poids croissant du juge, national et supranational, dans le fonctionnement des systèmes démocratiques contemporains. La densité de son œuvre scientifique est édifiante. Son accessibilité, je l’ai déjà dit, est tout aussi remarquable.

Je terminerai cette brève présentation en précisant que Philippe LAUVAUX est non seulement un juriste averti, mais également un « incollable » historien et un amateur de littérature, en particulier de l’œuvre de Huysmans et de Proust. Il a été, me concernant, un directeur de thèse d’une bienveillante et patiente rigueur. À tous égards, il importait, à un nombre substantiel de membres de la communauté universitaire, de lui rendre hommage.

Comment vous est venue l’idée de ces Mélanges et comment êtes-vous parvenu à rassembler les nombreux contributeurs ?

C’est Armel Le DIVELLEC, professeur de droit public à l’université Paris 2 Panthéon-Assas et co-auteur, depuis 2015, des Grandes démocraties contemporaines, qui est à l’origine de ce projet. Il m’a suggéré, et je l’en remercie sincèrement, d’encadrer un ouvrage dont la finalité tombait sous le sens : celle de célébrer l’œuvre intellectuelle de Philippe LAUVAUX. Il m’est ensuite revenu de solliciter les différents et enthousiastes contributeurs, à la faveur, évidemment, de leur proximité personnelle et professionnelle avec le dédicataire de ces Mélanges. Philippe LAUVAUX a noué de nombreuses relations amicales dans le cadre universitaire et au-delà, sans se restreindre au droit constitutionnel comparé. Son ouverture d’esprit se réfléchit, en quelque sorte, dans la diversité des contributions produites et dans la variété des profils académiques des rédacteurs de l’ouvrage, puisque ce dernier comporte des textes de professeurs étrangers (États-Unis et Italie en particulier), d’universitaires belges, d’avocats et de grandes figures de la doctrine publiciste et privatiste française. Aussi, Philippe LAUVAUX a tenu à ce que les anciens membres de ses équipes pédagogiques de droit constitutionnel de l’université Paris 2 Panthéon-Assas puissent publier un article dans ce spicilège. Quoi qu’il en soit, il n’a pas été difficile de convaincre les contributeurs, qui, particulièrement nombreux et d’horizons divers, se sont empressés de répondre favorablement à mes invitations. Il leur importait de participer à cet ouvrage collectif, destiné à saluer la production scientifique exceptionnelle de Philippe LAUVAUX. Malgré les circonstances sanitaires compliquées, nous sommes parvenus à publier ces Mélanges dans un délai tout à fait raisonnable. Et ce, d’autant qu’ils comportent cinquante-six contributions et plus de mille pages de textes !

Les thèmes abordés sont nombreux : quels sont-ils et en quoi la diversité des contributions témoigne-t-elle de l’ampleur de l’apport scientifique du dédicataire de ces Mélanges ?

Il serait bien difficile de rendre compte des thèmes abordés tant ils sont variés. Ces Mélanges ont volontairement été conçus sans esprit de système. Le principe retenu fut donc celui de la liberté, dans le choix du sujet traité et dans la manière de l’aborder. De manière générale, les juristes, qu’ils soient privatistes, publicistes ou historiens, pourront tirer profit de la lecture de plusieurs contributions. Il en ira de même pour les politistes. Une telle diversité, je l’évoquais, épouse la richesse de l’œuvre scientifique de Philippe LAUVAUX, qui a sans cesse articulé, pour le dire rapidement, le droit, l’histoire et la science politique. Une sorte d’apophtegme émis par Pierre AVRIL pourrait traduire l’une des convictions de Philippe LAUVAUX : « le droit constitutionnel souffre d’hémiplégie s’il s’isole de la science politique. Et réciproquement ». À ce titre, il est évident que les études de droit constitutionnel, intégrant des perspectives historiques et politiques, occupent une place prépondérante dans l’ouvrage. Elles célèbrent, selon différents angles doctrinaux, l’exceptionnelle profondeur intellectuelle des analyses que Philippe LAUVAUX a développées tout au long de sa carrière académique. Elles saluent unanimement la fine maîtrise des régimes politiques que Philippe LAUVAUX a bâtie, en s’intéressant à de très nombreux systèmes politiques et institutionnels, sans jamais renoncer à l’exploration exhaustive de leurs déterminations. Pour autant, et il serait indélicat de ne pas le préciser, le droit administratif est également dignement représenté, comme la science politique et le droit privé. C’est là le miroir de l’immense culture du dédicataire de cet hommage collectif qui, sur un plan plus personnel, a su fédérer par son humanité, son humour et son ouverture d’esprit. Ce fut donc un honneur et un plaisir de diriger cet ouvrage, tant il permet de lire de puissantes réflexions, à l’image de celles du destinataire de ces Mélanges.

Retrouvez cet ouvrage dans les points de vente habituels ou en ligne dès à présent.