Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Université - Communication - Temps forts - Temps forts 2017-2018 - La rentrée solennelle 2017

La rentrée solennelle 2017

Vie de l’établissement
La rentrée solennelle 2017
rentree_solennelle_2017
La rentrée solennelle présidée par Monsieur Guillaume Leyte : «Maintenir la place qui est la nôtre, celle de première université juridique de France »

Leçon inaugurale du professeur Bernard Teyssié ou les plus beaux rêves du vrai Jupiter : Ce qui est en jeu à travers l’autorité de la loi, c’est l’autorité de l’Etat. Cette noble ambition est la mienne, la nôtre, ce doit être la vôtre, pour que les mots de la loi ne soient pas que des mots.

Soulignant toute la solennité requise par ce moment formel d’intégration des nouveaux étudiants dans l’Université, le Président de l’université, Monsieur Guillaume Leyte, a souhaité rappeler devant un amphithéâtre de professeurs et maîtres de conférences en robe de cérémonie ainsi que d’étudiants accompagnés de leurs famille et parents, les valeurs d’exigence, de travail, d’ouverture d’esprit et de curiosité intellectuelle qui fondent l’identité de l’université Paris 2 Panthéon-Assas : «  Cette université qui devient la vôtre aujourd’hui est héritière d’une longue histoire, dont nous sommes fiers, et qui nous impose de maintenir toujours la place qui est la sienne, celle de première université juridique de France ». Rappelant les exigences du travail universitaire et les satisfactions intellectuelles qu’il offre, le Président Leyte a également souhaité rendre hommage à l’excellence des professeurs et maîtres de conférences qui ont en charge non seulement l’enseignement de savoirs techniques mais peut-être surtout, a-t-il insisté, l’ouverture des esprits à une compréhension éclairée du monde dans lequel nous vivons. Le Président a rappelé enfin les enjeux d’insertion professionnelle qui sanctionnent l’excellence des formations délivrées : « L’activité de recherche de nos professeurs et de nos maîtres de conférences est non seulement reconnue dans le milieu universitaire, mais également par les milieux professionnels et cela est particulièrement important dans une université à dominante juridique ».

Contextualisation de la pensée juridique et de l’activité du législateur magistralement incarnée par la leçon inaugurale donnée, à l’invitation du Président Leyte, par le professeur Bernard Teyssié, qui a tenu sous le charme (carmen) d’une parole aussi vive et rythmée que la pensée qu’elle sert un auditoire découvrant, pour certains, et confirmant, pour d’autres, ce que peuvent, conjuguées, la puissance de l’esprit et les vertus de l’éloquence.    

Vous retrouverez dans le prochain numéro du Magazine de votre université, à paraître fin novembre, l’intégralité de la leçon inaugurale du professeur Teyssié. Qu’il soit ici permis d’en extraire quelques fragments, pour rappeler, en écho à la cérémonie du 4 octobre dernier, que l’exigence de perfection formelle requise de tous les étudiants durant leurs années de formation n’est pas vaine, quand « toute imperfection législative est un futur contentieux » ; que le temps long de la réflexion et la mise en perspective des savoirs qu’offre l’Université ne sont nullement contraires à l’efficience d’une action dans la cité, dès lors que « l’instabilité normative présente des conséquences extrêmement fâcheuses sur le plan économique » ; et que l’exigence d’intelligibilité d’une loi comme de sa propre pensée est sans nul doute la meilleure des protections contre toute forme d’injustice.

Si « Portalis ne ressuscitera pas », le Droit était bel et bien vivant hier, le professeur Teyssié galvanisant non sans humour l’assistance de son esprit éclairé et critique, donnant à voir en actes ce que le Président Leyte appelait de ses vœux pour tous les étudiants : profiter des exceptionnelles infrastructures et opportunités mises à disposition par l’université Panthéon-Assas pour se cultiver, découvrir, apprendre.

La cérémonie a également permis d’honorer les Lauréats des Concours de l’université et Lauréats de l’université, ainsi que l’association Assas de concert, récipiendaire du Prix de l’initiative étudiante de la FDSIE, qui a clos la cérémonie par quelques moments de musique très appréciés.