Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page

Onglets principaux

Accueil - Université - Communication - Temps forts - Temps forts 2017-2018 - 11e édition de la soirée des Majors de l'université

11e édition de la soirée des Majors de l'université

Formation
11e édition de la soirée des Majors de l'université
Soirée des majors 2017
« Vous êtes ce que l’université fait de mieux »

Une promotion 2017 sous le parrainage de Monsieur Jean-Claude Marin, Procureur général près la Cour de cassation : « Vous êtes les symboles de ce que l’Université française fait de mieux ».

Soixante-dix Majors présents, meilleurs étudiants des master 2 de l’université dans toutes ses disciplines, droit, économie, gestion, information et communication, ont été honorés ce jeudi 11 janvier 2018 dans le grand amphithéâtre d’Assas, en présence du Président de l’université, M. Guillaume Leyte, du corps des professeurs en robe et sous le parrainage de Monsieur Jean-Claude Marin, Procureur général près la Cour de cassation.

La présence de nombreuses personnalités du monde du droit témoignait des liens étroits qui existent de longue date entre le monde professionnel et l’université Paris 2 Panthéon-Assas, dont le Président Leyte a rappelé que les statistiques officielles la placent, cette année encore, « au premier rang national en termes d’insertion professionnelle et de salaire de départ ». « Une très grande satisfaction et la reconnaissance du travail de tous, /…/ universitaires mais également les intervenants professionnels et les maîtres d’apprentissage, les anciens des masters au travers des associations et réseaux professionnels /…/, plus largement toutes les professions, notamment juridiques et du chiffre, avec lesquelles l’université collabore quotidiennement. » 

Appelant les étudiants diplômés à continuer d’honorer dans leur vie professionnelle l’esprit dans lequel l’Université les a formés – « N’oubliez pas plus tard l’Université qui vous a donné tout ce qu’elle avait et qui pourra avoir besoin de votre collaboration et de votre soutien » –, le Président Leyte, a salué l’honneur rendu à notre université en la présence du Procureur général près la Cour de cassation, « à la tête du Parquet de la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire » et dont le lointain prédécesseur ne fut rien moins que François Henri d’Aguesseau. « Vous représentez l’autorité judiciaire », a insisté le professeur Leyte, avant de rappeler la carrière exemplaire d’un homme incarnant sans doute pour la plupart des Majors, et pour tous les étudiants juristes, « sinon les Arcana imperii, à tout le moins les Arcana juris ». 

« Nous sommes confrontés à des défis multiples, qui nous invitent à nous interroger sur nos méthodes d’enseignement et à rester au plus proche des besoins des professions. Cela participe pleinement de notre mission et de l’ambition que nous avons de rester la première université juridique de France », a encore insisté le Président Leyte, qui a conclu en exprimant ses sincères félicitations aux lauréats, paternellement réajusté quelque écharpe de lauréat, et salué les nombreuses familles et amis présents autour des étudiants.

C’est avec émotion devant la « belle réussite » des étudiants et non sans humour que Monsieur Jean-Claude Marin a pris la parole pour s’étonner de ce que l’on demandât à « quelqu’un qui, pendant de nombreuses années, a/vait/ poursuivi les ‘’parrains’’ de parrainer » une promotion de Majors… Citant des mœurs insulaires qui ont toujours préféré les baptêmes aux mariages, et parrainer à témoigner, le Procureur général près la Cour de cassation a poursuivi son allocution en rappelant que ce parrainage se voulait aussi l’expression du « lien très fort entre cette université Panthéon-Assas et la Cour de cassation, liens anciens manifestés par des travaux scientifiques et des colloques », dont celui, rappelé par le Président Leyte, sur Les grandes conclusions du parquet général de la Cour de cassation, somme inédite et unique sur les grandes conclusions du parquet général de la Cour de cassation de 1790 à nos jours, qui a fait l’objet d’une publication aux Editions Panthéon-Assas en juin 2017, sous la direction de M. Salomon.

Le public a attentivement écouté l’allocution du Procureur général près la Cour de cassation, évoquant son propre parcours de lycéen puis d’étudiant au travers de quelques anecdotes destinées sans doute à inviter les étudiants à ne jamais perdre courage et foi en soi, puis rappelant le rôle et les missions du Parquet général de la Cour de cassation sous les termes d’« une compagnie de juristes, de jurisconsultes qui ont pour seul objectif, selon la loi du 18 novembre 2016, de prendre des conclusions dans l’intérêt de la loi et du bien public et d’éclairer la Cour sur les conséquences que pourraient avoir ses décisions. Point de réquisitions, point de poursuites, point d’exécution des peines, mais du droit. Du droit dans trois missions : offrir un regard à la Cour croisé entre le conseiller rapporteur et le juriste qu’est l’avocat général ; éclairer la cour sur les conséquences que pourrait avoir une décision prise dans tel ou tel sens ; enfin et – pour n’avoir toujours pas trouvé d’expression qui ne soit pas triviale – être ‘’le poil à gratter de la Cour de cassation’’, lui demander, l’interpeler, l’interroger sur la pertinence de sa jurisprudence au regard du monde qui nous entoure. »  Les liens très forts de notre université avec l’Ecole nationale de la magistrature ont également été soulignés, au travers de l’Institut d’études judiciaires.

S’adressant directement aux Majors, M. Jean-Claude Marin a su rappeler aussi les enjeux de leur distinction : « Vous êtes les héros de cette soirée, vous êtes ceux que l’Université a distingués comme les lauréats d’un parcours difficile, qui a demandé beaucoup d’investissement et de travail, un parcours fait d’excellence et d’exigence. Vous serez aussi les symboles de l’Université française dans les activités professionnelles que vous aurez choisies, juristes, entrepreneurs, conseils… Vous êtes les symboles de ce que l’Université française fait de mieux. L’Université vous a donné beaucoup, elle attend beaucoup de vous, mais, au-delà de l’Université, c’est toute la culture juridique et scientifique françaises que vous allez porter, en ces temps où la compétitivité par le droit est ô combien importante. »

Rappelant enfin aux étudiants l’importance de toujours faire dans leur vie professionnelle des choix dont on peut se dire, se retournant, qu’on ne les regrette pas, le Procureur général près la Cour de cassation a conclu en nous invitant tous peut-être, étudiants et non, à l’ambition, aux rêves extraordinaires, citant les mots d’Oscar Wilde : L’important c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue tandis qu’on les poursuit. »

La cérémonie de remise des diplômes s’est déroulée ensuite dans l’esprit familial et d’une causticité bon enfant que sait si bien, chaque fois, insuffler le professeur Pierre-Yves Gautier dans ce rôle de Maître de cérémonie où il excelle, avant qu’un cocktail ne réunisse, autour des Majors de notre université, tous ceux qui sont si fiers d’eux.