Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Université - Communication - Temps forts - Temps forts 2015-2016 - Retour sur la conférence de Pierre-Alain Coffinier, ancien Consul général de France à Edimbourg

Retour sur la conférence de Pierre-Alain Coffinier, ancien Consul général de France à Edimbourg

International
Retour sur la conférence de Pierre-Alain Coffinier, ancien Consul général de France à Edimbourg
conference_assas_salle_214
Lors de la 1ère conférence organisée par le Pôle Langues de l'université Paris 2 Panthéon-Assas, Pierre-Alain Coffinier, ancien Consul de France à Édimbourg de 2010 à 2015 est intervenu sur le thème de « La montée du nationalisme en Écosse » au centre Assas le mercredi 4 mai 2016.

Le public était composé d'étudiants en L2 Droit, cibles prioritaires de cette conférence, la dévolution des pouvoirs à l'Écosse et au Pays de Galles étant étudiée au second semestre de leur cursus d'anglais juridique. Cependant, de nombreux étudiants de L3 et de M1 en Droit étaient également présents, ainsi que des L2 double-cursus Droit/Economie, et étudiants en Economie.

Plusieurs enseignants, professeurs et docteurs du Pôle Langues avaient également fait le déplacement.

Anne Brunon-Ernst, co-directrice du Pôle Langues, a ouvert la conférence en annonçant qu'il s'agissait de la première intervention d'un cycle organisé à l'intention des étudiants afin d'établir un lien concret entre les connaissances acquises en TD et les réalités politiques, juridiques et économiques du monde anglo-saxon. Juliette Ringeisen-Biardeaud, enseignante d'anglais à l'université, a ensuite présenté l'invité.  Diplômé de l'ESSEC et arabisant, le profil atypique de Pierre-Alain Coffinier a su capter l'intérêt des étudiants de formations diverses, économistes comme juristes de la L2 au M1 et des professeurs.

La conférence s'est articulée autour d'un rappel historique des spécificités écossaises, de l'origine du traité d'union avec l'Angleterre en 1707 aux nombre exceptionnel d'inventeurs, ingénieurs et penseurs écossais qui illuminèrent le siècle des lumières en Grande-Bretagne et dans tout l'empire britannique. Il est ensuite revenu sur la dégradation de cette union, jusqu'à l'avènement de l'ère Thatcher dont l'impopularité en Écosse  fut considérable (et imméritée d'après l'intervenant). Le processus de dévolution de pouvoirs à L'Écosse sous le gouvernement Blair fut ensuite abordé, jusqu'à l'organisation du referendum sur l'indépendance de l'Écosse en septembre 2014. Monsieur Coffinier s'est en particulier intéressé au slogan des années 1980 : « It's Scotland's oil ; it's our oil », rappelant combien, selon lui, cette manne pétrolière en eaux territoriales écossaises avait pesé sur l'affirmation de l'indépendantisme.

L'arrivée au pouvoir du Scottish National Party, un parti socio-démocrate indépendantiste avec une majorité absolue au parlement écossais, théoriquement rendue impossible par le système de scrutin partiellement proportionnel et l'organisation d'un referendum, négocié avec le premier ministre David Cameron, fut ensuite examinée.

Pierre-Alain Coffinier émailla son intervention d'anecdotes sur les réactions diplomatiques françaises, britanniques et internationales aux sondages du mois d'août 2014 qui donnèrent pour la première fois le « Yes » gagnant.

Les considérations de l'ancien Consul Général de France sur le titre exact de la reine Elisabeth II, reine d'Angleterre ou reine des Écossais, eurent beaucoup de succès auprès des étudiants. Il existe en effet un arrêt de la Cour d'Appel écossaise dans lequel les magistrats étaient saisis d'une réclamation du célèbre indépendantiste écossais Neil MacCormick sur la numérotation choisie par la reine Elisabeth II, Elisabeth I n'ayant pas régné sur l'Écosse. Le demandeur estimait que ce choix de numérotation violait le traité d'union de 1707. Il fut débouté, les monarques ayant un droit discrétionnaire quant au choix de leur nom et de leur numéro, mais la décision (MacCormick v Lord Advocate 1953 SC 396, 1953 SLT 255) contient de nombreux passages particulièrement intéressants pour les constitutionnalistes.

Monsieur Coffinier a partagé ses prédictions sur le Brexit avec des étudiants particulièrement intéressés par le sujet. Répondant aux questions, il est revenu sur le statut de puissance nucléaire du Royaume Uni, auquel une indépendance écossaise porterait un coup presque fatal, l'intégralité des missiles de dissuasion nucléaire se trouvant en eaux écossaises, les écossais et le SNP étant farouchement opposé au nucléaire, militaire comme civil.

En conclusion, Pierre-Alain Coffinier a cité une phrase qui lui fut confiée par une femme politique écossais (et elles sont fort nombreuses, à commencer par la First Minister Nicola Sturgeon) : « Great Britain is sleep walking towards asymetrical federalism ». La Grande-Bretagne avance-t-elle sans s'en apercevoir vers un fédéralisme asymétrique comme le prédit cette politicienne écossaise ? Seul l'avenir le dira mais pour l'instant, les regards sont fixés sur l'échéance du 23 juin prochain.