Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page

Le bitcoin, une monnaie ?

Vie de l’établissement
Le bitcoin, une monnaie ?
Une conférence dont l'objet était d'appréhender la nature du bitcoin à l'aide d'outils juridiques et de théories économiques

Le 27 juin dernier se tenait à l'Université Panthéon-Assas, en salle des conseils, un colloque pluridisciplinaire sur le Bitcoin organisé par l'Association des Doctorants et Docteurs d'Assas.
Ce colloque, présidé par le Professeur Thierry Bonneau, réunissait universitaires et praticiens : Sylvain Mignot, Alan Ouakrat, Maximilien Demarquette, Sacha Bourgeois-Gironde, Myriam Roussille, Geoffroy Goffinet, Olivier Vigna et Philippe Rodriguez.


Devant un large public averti et engagé, qui n'a pas manqué de se manifester, les intervenants ont tenté, à l'aide d'outils juridiques et de théories économiques d'appréhender la nature du Bitcoin.
Leur tâche n'était guère aisée, eu égard à la complexité du fonctionnement même du Bitcoin et à la grande diversité de ses usages (licites comme illicites). Comment penser un objet aux fonctions si différentes ? et qui d'un point de vue juridique n'a pas encore été qualifié par la loi ?


Au terme de cette matinée, le Bitcoin est apparu de nature double, tant dans les analyses économiques que juridiques : actif financier et monnaie pour les économistes, bien et instrument de paiement pour les juristes.
Si la plupart des intervenants ont relevé les intérêts du Bitcoin, ils n'en ont pas moins souligné que son usage comprenait un certain nombre de risques dont les usagers devaient être informés tant par les institutionnels que par les entreprises proposant à leurs clients d'utiliser des Bitcoins.