Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page

Onglets principaux

Accueil - Université - Communication - Temps forts - Temps Forts 2007 - Finale du concours de plaidoirie 2008

Finale du concours de plaidoirie 2008

Formation
Finale du concours de plaidoirie 2008
2008_Concours_plaidoirie
Entrée dans le prétoire réussie pour Antoine Vey et Vivien Makaga Pea

Etudiants, professeurs et membres du personnel administratif de Paris 2 avaient répondu présents à l'appel du président Louis Vogel et étaient venus soutenir les quatre finalistes du concours de plaidoirie.

Antoine Vey et Samuel Lemaire d'une part, Samir Idir et Vivien Makaga Pea d'autre part ont mis en application un cas pratique (celui d'un jeune garçon accidenté lors d'une colonie de vacances), élaboré par le professeur Pierre Crocq. Ils ont présenté leurs arguments pour et contre une demande de dommages et intérêts devant un tribunal administratif « fictif » composé de Monsieur Vincent Lamanda, premier président de la Cour de cassation, Monsieur Christian Charrière-Bournazel, bâtonnier de l'ordre des avocats et Madame Perrette Rey, présidente du Tribunal de commerce de Paris.

Les joutes oratoires se sont révélées d'une très grande qualité, aussi bien sur le fond que sur la forme, les « apprentis » avocats se montrant à l'aise dans leur rôle et faisant honneur à la robe qu'ils portaient.

La délibération a été fort délicate car les membres du jury ont eu beaucoup de mal à départager les plaideurs.

Comme l'a souligné Monsieur Christian Charrière-Bournazel, ils « n'ont pas tranché puisque tous sont vainqueurs et attendus de pied ferme par leurs futurs confrères de l'Ordre de Paris ». Madame Perrette Rey a constaté avec une grande satisfaction qu' « il ne manquait pas grand-chose à ces jeunes gens pour devenir vite opérationnels sur le terrain ». Quant à Monsieur Vincent Lamanda, lui-même ancien étudiant de Paris 2, il a affirmé « avoir pris un grand plaisir à participer à ce concours qui a bien montré que l'art de l'avocat est de donner un éclairage sur une affaire ».

Le président Louis Vogel, heureux de constater que « Paris 2 entretien un lien étroit et constructif avec les institutions judiciaires »,  a remis le premier prix de plaidoirie en demande à Antoine Vey et le premier prix de plaidoirie en défense à Vivien Makaga Pea. Leurs challengers, Samir Idir et Samuel Lemaire, ont reçu les seconds prix, respectivement en demande et en défense.

Tous se sont dits prêts à recommencer cette expérience qui les a confortés dans leur vocation.  Ils encouragent leurs camarades à suivre leur exemple et à profiter de cet enseignement précieux. 

Et quel meilleur mot de la fin que celui du plus haut magistrat de France ? Monsieur Vincent Lamanda a en effet déclaré  « Paris 2 forme de bons juristes, d'excellents orateurs et de très bons futurs praticiens du droit »