Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Recherche - Les Éditions Panthéon-Assas - Ouvrages - Le temps en droit du travail

Le temps en droit du travail

Le temps en droit du travail
CV Teyssié web
Auteur(s) : Bernard Teyssié (dir.)
Collection : Colloques
Date de parution : 10 Octobre 2017
Présentation :

Le temps… le mot est à renvois multiples, en droit du travail comme en d’autres lieux. Il contribue à façonner la règle mais peut aussi provoquer son anéantissement. Le temps est rythme et délais, ceux dans lesquels une opération doit être accomplie, un avis exprimé, une assignation lancée, un jugement rendu. Nul acte n’y échappe. Qu’il s’agisse de l’organisation du travail, de rémunération, de moments de repos, la répétition est de nature à créer l’usage. Les décisions ou abstentions de l’employeur forgent une norme. Si le poids du temps y est particulièrement perceptible, il l’est également dans le champ des accords collectifs : inscrits dans le temps, ils ont souvent le temps pour objet. Le cours du temps marque aussi chacune des étapes de la vie du contrat de travail : il pèse sur sa construction, lorsqu’elle s’accompagne d’une phase de pourparlers ou d’une période d’essai, son exécution, dont le temps de travail et les impératifs d’adaptation à des données économiques ou technologiques qui évoluent sans cesse constituent des pièces majeures, et sa destruction sur laquelle plane l’ombre du temps qui passe.

À la pression du temps, les acteurs présents sur la scène travailliste n’échappent pas davantage. Elle est perceptible dans le champ du droit syndical, et point seulement en raison de l’ancienneté requise pour qu’un syndicat accède à la représentatitivité ou de la prise en compte, pour la détermination de son audience, des cycles électoraux. Elle l’est aussi dans celui de la représentation du personnel : détermination du corps électoral, du cercle des électeurs et de celui des éligibles, cours du scrutin, durée du mandat, exercice des fonctions portent la marque du temps. Le propos vaut à l’identique lorsque vient quelque conflit, qu’il soit collectif, prenant la forme de grèves, ou individuel, conduisant alors, dans la plupart des cas, à la saisine d’un juge. Vient le temps du procès et de ses délais.

Parce que nul aspect des relations de travail n’échappe à l’emprise du temps, tous ceux qui, à un titre quelconque, sont attentifs à ce champ disciplinaire trouveront dans le présent ouvrage non seulement matière à réflexion mais aussi des pistes pour l’action.

ISBN pour l’édition papier : 978-2-37651-000-0
Prix pour l'édition papier : 27€
Nombre de pages : 368 p.