Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Recherche - Les Éditions Panthéon-Assas - Actualités - L'Annuaire de droit de l'Union européenne : quinze années d'excellence scientifique au service de tous

L'Annuaire de droit de l'Union européenne : quinze années d'excellence scientifique au service de tous

Recherche
L'Annuaire de droit de l'Union européenne : quinze années d'excellence scientifique au service de tous
Photo de l'annuaire de droit européen 2017

La cérémonie de remise de l’édition 2017 de l’Annuaire de droit de l’Union européenne s’est tenue au Centre de droit comparé le 24 janvier dernier.

Le professeur émérite Claude Blumann, qui co-dirige l’ouvrage avec le professeur Fabrice Picod, a bien voulu revenir avec nous sur l’histoire et l’ambition de l’Annuaire, et évoquer quelques-unes de ses thématiques contemporaines.

Issu de la rencontre d’un petit groupe d’universitaires français, l’Annuaire voit le jour en 2003. L’idée est alors de proposer un média de droit européen de type nouveau, accordant une place importante à la réflexion sur le temps long. L’offre des revues juridiques françaises ou francophones couvrant l’espace juridique européen était déjà assez complète ; mais manquait dans la littérature le format de l’annuaire, format déjà pratiqué en droit international ou en relations internationales, et qui permet, en s’extrayant du quotidien, une véritable prise de recul.

Il n’est pas étonnant dans ces conditions que l’annuaire, dès l’origine, se compose de chroniques balayant tout le champ des questions européennes, ainsi que d’études de fond ; celles-ci sont proposées à des auteurs qui choisissent la thématique qu’ils entendent aborder, ce qui leur permet de s’écarter des sentiers battus et des effets de mode. S’y ajoutent des recensions structurées d’ouvrages parus dans l’année et une revue des revues, assurée, sous la responsabilité d’un des directeurs de l’annuaire, par des doctorants ou de jeunes docteurs. La jeune recherche se trouve encore étroitement associée avec la publication systématique, depuis plusieurs années, des travaux de l’atelier doctoral de Paris 2, et une participation régulière à de nombreuses chroniques.

Le lien consubstantiel qui unit l’Annuaire de droit de l’Union européenne et l’université Paris 2 doit être salué, en ce qu’il place notre Université au centre de gravité de la recherche en droit de l’Union européenne, tout en l’ouvrant à l’ensemble de la communauté académique active en matière de droit européen. En effet, un nombre très important d’articles, de chroniques, de recensions d’ouvrages, etc. sont pris en charge ou rédigés par des enseignants-chercheurs originaires d’universités essaimées sur le territoire français, et plus largement dans l’aire juridique francophone.

L’Annuaire de droit de l’Union européenne, de plus en plus connu et cité sous le sigle ADUE, se positionne dans la durée et ne prend pas en compte l’actualité immédiate. Néanmoins nombre de ses articles et chroniques mettent en évidence les préoccupations et les craintes du moment. L’Union européenne se trouve à la croisée des chemins, avec bien sûr le Brexit, les prochaines élections au Parlement européen, la montée de populismes divers et les risques de décrochage des pays autrefois dits « d’Europe centrale et orientale ». Il suffit pour s’en convaincre de relever dans le dernier millésime, celui qui couvre l’année 2017, la gravité de certaines études de fond. Les « valeurs communes » y sont mises en exergue, alors même qu’elles sont de plus en plus souvent foulées aux pieds dans de nombreux États membres, et pas seulement ceux de l’ex-bloc soviétique. Une étude s’interroge sur l’intégrité du droit de l’Union, alors même que l’unité du droit de l’Union et son application uniforme sont présentées comme des principes absolument intangibles, gages de l’égalité de tous – États membres et citoyens – dans l’Union. Plus inquiétant encore, une autre étude se demande « pour qui sonne le glas ? » : est-ce in fine pour le Conseil de l’Europe, l’Union européenne, l’idée d’Europe, tout simplement ? Très axée sur l’actualité, en plein mouvement social en France, une autre étude se penche sur la démocratie participative avec ce sous-titre plein d’humour, mais aussi de réalisme : « cet obscur objet du désir… » Pour ceux qui, avec Jacques Delors, qualifient l’Union européenne d’« objet juridique non identifié », le rapprochement vient immédiatement à l’esprit...