Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Recherche - Les Éditions Panthéon-Assas - Actualités - La citoyenneté comme appartenance au corps politique, paru aux Éditions Panthéon-Assas

La citoyenneté comme appartenance au corps politique, paru aux Éditions Panthéon-Assas

Recherche
La citoyenneté comme appartenance au corps politique, paru aux Éditions Panthéon-Assas
La citoyenneté comme appartenance au corps politique
Une approche pluridisciplinaire de la citoyenneté, rassemblant les contributions d’un colloque organisé par l’institut Michel Villey, paru le 12 janvier 2021

Les Éditions Panthéon-Assas ont à cœur de promouvoir l’activité et la diversité de la recherche au sein de l’université Paris 2 Panthéon-Assas. La publication des actes du colloque international et pluridisciplinaire La citoyenneté comme appartenance au corps politique offre ainsi un bel exemple de son dynamisme.

Rassemblant historiens, juristes, politistes et philosophes, cet ouvrage réalisé d’après les contributions au colloque international organisé en mars 2017 par l’institut Michel Villey par les professeurs Olivier BEAUD et François SAINT-BONNET, consacré à la citoyenneté, est articulé autour de quatre axes.

La question classique du droit de vote et d’éligibilité est aujourd’hui fréquemment mise en cause en raison des faibles taux de participation éléctorale et, plus largement, de la crise de la représentation. L’enjeu du lien entre la citoyenneté et les différentes communautés d’appartenance, comme la petite cité, l’État, l’Europe, est-il affaire de résidence, de nationalité, d’autre chose ?

Mais être citoyen n’est pas seulement une question de bulletin glissé dans une urne ou de papiers d’identité, on peut également l’aborder dans sa dimension comportementale. Le « bon citoyen » : peut-on ou doit-on exiger de lui un comportement civique ? Le « mauvais citoyen » : envisage-t-on de le mettre en cause parce qu’il commet des incivilités ou, plus grave, des actes méritant des sanctions pénales (privation de droits civiques) ou civiques (déchéance de nationalité) ?

Ces différents rapports – politique, communautaire, civique et punitif – à la citoyenneté permettent-ils de repenser l’unité de ce concept et du régime juridique qui est le sien ?

Retrouvez l'ouvrage La citoyenneté comme appartenance au corps politique aux Éditions Panthéon-Assas dès à présent en librairie.