Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Présentation des chaires de l’Institut universitaire de France

Présentation des chaires de l’Institut universitaire de France

Recherche
Présentation des chaires de l’Institut universitaire de France
Logo institut universitaire de France
Le 26 mars dernier a eu lieu une présentation de l’Institut universitaire de France

Le 26 mars dernier, sous l’égide du Pr Thierry BONNEAU, vice-président délégué à la Recherche, a été organisée une réunion d’information à l’intention de la communauté enseignante, portant sur les chaires de recherche de l’Institut universitaire de France (IUF). Y ont participé un panel de lauréats de l’université Paris 2 : le professeur Olivier BEAUD (IUF junior 1993 – 1998 puis senior 2012 – 2017), le professeur Antoine BILLOT (IUF junior 1998 – 2003 puis senior 2011 – 2016), M. Olivier BOS, maître de conférences (IUF junior depuis 2016 jusqu’en 2021 et depuis 2018 membre du bureau de l’IUF), le professeur Cécile CHAINAIS, (IUF junior 2015 – 2020), le professeur Bruno DEFFAINS (IUF senior 2013 – 2018), le professeur Olivier DE FROUVILLE, lauréat IUF junior 2012 – 2017), et enfin Madame Bibia PAVARD, maître de conférences, lauréate de l’IUF en 2020, jusqu’en 2025.

Pourquoi candidater à l’IUF ? Comment gérer le montage du dossier ? Et après, quelle coordination avec l’activité d’enseignant-chercheur, notamment la charge d’enseignement ? Grâce à la diversité des expériences, les échanges ont été fructueux et ont permis de répondre à toutes ces questions. Ils ont également donné l’occasion de montrer comment articuler ce processus avec une activité d’enseignant chercheur à l’université.

L’objectif des bourses de l’IUF est de permettre à un enseignant-chercheur de dégager du temps pour mener à bien un projet de recherche pluriannuel original. Une décharge d’un tiers du service d’enseignement est ainsi accordée et financée par l’IUF auprès de l’établissement. En outre, le chercheur reçoit une dotation financière annuelle qu’il est libre d’utiliser pour permettre le déploiement de son activité de recherche : organisation de colloques, traduction d’un article en anglais, séjour de recherche, achat d’ouvrages, etc. L’intérêt de l’IUF réside notamment dans le fait que le chercheur reste en poste dans son université. Le projet de recherche s’inscrit évidemment dans le projet plus global du laboratoire de recherche dans lequel il exerce son activité scientifique. Le lauréat de l’IUF continue à contribuer au rayonnement de son équipe et de son établissement. Les moyens accordés individuellement par l’IUF servent à financer des actions liées à l’activité de son établissement.

La procédure de candidature à l’IUF ne doit pas être sous-estimée et nécessite d’être anticipée. L’objectif initial de l’IUF, créé par M. Claude ALLÈGRE, était de permettre d’assurer une répartition nationale de l’excellence académique. Deux tiers des lauréats doivent être membres d’une université de province. Toutefois, dans un souci de souplesse, tout enseignant-chercheur peut changer de poste en cours de délégation IUF tout en en conservant le bénéfice. Le nombre de candidatures est limité à trois, ce qui signifie que celles-ci doivent être préparées attentivement. Les bourses junior sont réservées aux chercheurs de moins de 40 ans. Les dossiers de candidature sont examinés par des panels d’experts renouvelés tous les trois ans. L’Institut est attentif aux questions de conflits d’intérêts et veille à assurer une rotation des experts chaque année. En raison d’une surreprésentation des candidats issus des universités Paris 1 et Paris 2 en droit, aucun expert issu de ces deux universités pour le domaine juridique n’est nommé.

Concernant le dossier en lui-même, il est essentiel d’anticiper la conception et la préparation de ce projet, lequel doit être solide et bien étayé. L’IUF est également sensible à la dimension internationale du projet : celui-ci est d’ailleurs rédigé en français et en anglais. Ambitieux, les projets IUF doivent malgré tout conserver une cohérence globale et être portés par un fil conducteur fort. Cette approche homogène permet de doter le projet d’une solide colonne vertébrale, d’un fil directeur qui l'inscrit, notamment dans le cas des projets senior, dans la perspective de la candidature à une bourse ERC européenne, ou qui permet de préparer une habilitation à diriger des recherches dans les disciplines non juridiques.

On le voit, l’IUF est un levier intéressant pour les enseignants-chercheurs, à tout moment de leur carrière, pour approfondir un axe de recherche et bénéficier de moyens supplémentaires fructueux tant pour le chercheur que pour son laboratoire et son université. Outil de déploiement et d’approfondissement d’une recherche ambitieuse et souvent transversale, la délégation de l’Institut universitaire de France constitue une ressource utile. L’université Paris 2 encourage sa communauté enseignante à s’en saisir.

Pour plus d’informations, contacter la direction de la recherche.