Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - L’Agence Nationale de la Recherche accorde un financement au CARISM

L’Agence Nationale de la Recherche accorde un financement au CARISM

Recherche
L’Agence Nationale de la Recherche accorde un financement au CARISM
Visuel de la façade du CARISM avec le logo de l'ANR

Ce projet, porté par le Professeur Cécile MÉADEL, s’intéresse à la représentation des femmes dans les médias.

L’Agence Nationale de la Recherche a accordé un financement pluriannuel à au Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (Carism) de notre université. L’ambitieux projet Gender Equality Monitoring (GEM) vise à effectuer l’analyse qualitative exhaustive d’un corpus extrêmement large de production médiatiques audiovisuelles, écrites et musicales. Pour ce faire, il rassemble, outre le Carism, différents partenaires, publics et privé : l’Institut national de l’audiovisuel (INA), Deezer, l’École normale supérieure de Lyon (ENS-Lyon), ainsi que trois structures de recherches spécialisées en informatique, le Laboratoire d’informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur (le LIMSI rattaché au CNRS), le Laboratoire d’informatique de l’université du Mans (le LIUM) et le Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (le LERASS, à l’université Toulouse 3).

Le traitement des données s’effectuera en deux temps. Tout d’abord, le développement des outils informatiques permettant le traitement de ces bases de données gigantesques sera mis en œuvre. En effet, l’objectif n’est pas seulement d’obtenir un décompte de l’inégale représentation homme-femme dans les médias, car cela a déjà été largement fait et analysé. L’originalité du projet GEM réside dans l’articulation entre outils de détection automatique et analyses qualitatives, qui nécessite de s’intéresser au contexte de la prise de parole. Pour prendre en compte les signes diacritiques du langage et les éléments paratextuels de la parole, comme le positionnement visuel, les intonations, etc., des outils informatiques spécifiques vont être développés par les trois équipes en sciences de l’informatique, LIMSI, LIUM et INA, avec l’appui des chercheurs du Carism et de l’ENS-Lyon. L’analyse qualitative d’une série de corpus thématiques commencera donc dès le début du projet et viendra nourrir la production des algorithmes. La détermination des filtres et des spécificités constitue un premier pas dans la poursuite de ces recherches. Une fois cette première étape, cruciale, achevée, la seconde étape, celle de l’analyse des données extraites, non moins importante, pourra commencer et sera assumée à titre principal par le Carism pour les médias audiovisuels et écrits, et par l’ENS-Lyon pour les productions audiovisuelles, avec l’appui de l’INA et du LERASS.

On le voit, le projet GEM s’inscrit dans des interrogations extrêmement actuelles, formulées tant par les responsables politiques, les autorités de tutelle des médias que par les citoyens. La participation de l’INA et de Deezer assure à ce projet l’accès à des archives riches et exhaustives dans deux domaines : l’audiovisuel et la musique, l’accès aux archives de presse écrite étant assuré grâce aux bases de données auxquels ont accès les différents partenaires. Les trois laboratoires spécialisés en sciences de l’informatique élaboreront les algorithmes nécessaires au traitement des données. Ce projet s’inscrit ainsi dans une interdisciplinarité forte, et vise non seulement à mener à bien une analyse en sciences sociales du thème sélectionné, mais également à permettre le développement d’instruments scientifiques nouveaux, qui aideront tous les chercheurs dans le futur. Le projet GEM, de par son assise scientifique et son aura interdisciplinaire, porte une dimension novatrice importante. Plus généralement, il s’inscrit dans la continuité des axes de recherche développés par le Carism depuis plusieurs années.