Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page

Onglets principaux

Accueil - Campus - Associations - Fsdie - Voyage d’étude à la Haye de l'Association des juristes européens

Voyage d’étude à la Haye de l'Association des juristes européens

Voyage d’étude à la Haye de l'Association des juristes européens
Voyage d’étude à la Haye de l'Association des juristes européens
Grâce au soutien du FSDIE, l'Association des Juristes Européens a pu proposer à ses adhérents un voyage du 1er au 3 février à La Haye, capitale des relations internationales qui abrite un nombre incalculable d'ONG et institutions internationales.

Nous avons proposé à l'occasion de ce voyage un programme chargé à nos étudiants. Pas moins de cinq rencontres en l'espace de deux jours ! D'Europol à la Cour Pénale Internationale, du numéro 2 de l'édition juridique Sdu (du groupe ELS auquel appartient Dalloz) à la rencontre avec une avocate fiscaliste française établie aux Pays-Bas sans oublier l'Office Européen de Brevets et l'Ambassade de France, nous n'avons pas laissé de côté un domaine juridique.

Les trente étudiants ont donc pu, chacun dans son domaine de prédilection apprendre, et découvrir de nombreuses possibilités d'emploi mais aussi s'ouvrir, et s'interroger sur d'autres domaines.

Chacun en a retiré ce qu'il jugeait bon et voici quelques-uns de leurs témoignages.

« Europol, Interpol... quelle est la différence ? »

L'organisation Europol nous a été présentée par Jean-Dominique Nollet, Lieutenant-colonel de Gendarmerie, chef d'unité du laboratoire de recherche au Centre européen de lutte contre la cybercriminalité, à Europol. La présentation de cette agence communautaire s'est vite transformée en échange très interactif entre l'interlocuteur et notre groupe. Les questions portaient sur divers aspects. Des thèmes généraux ont d'abord été abordés, en particulier les missions principales d'Europol ; puis vinrent des questions plus pointues sur les procédés employés en matière de renseignements (la mobilisation d'espions, le rôle d'informaticiens aguerris pour déjouer des organisations criminelles communiquant de façon codée sur certains forums...). Les réponses apportées nous ont donc permis de situer le rôle exact d'Europol par rapport aux agences de renseignements nationales et à Interpol, l'organisation internationale. L'intervenant nous a également présenté les missions des différents agents d'Europol à travers des exemples d'affaires criminelles touchant notamment aux stupéfiants, rendant ainsi les explications plus concrètes. Il a par ailleurs insisté sur le travail d'experts dont le rôle est de lutter contre la cybercriminalité grandissante, thème qui a été largement abordé dans la discussion. Finalement, les différents corps de métiers ont été présentés : chimistes, informaticiens... et juristes ! Bien que ce soit une agence de coopération en matière de lutte contre la criminalité, quelques places sont tout de même réservées à des spécialistes du droit... ce qui a réjoui certains élèves, qui se seraient bien imaginés travailler dans ces beaux locaux.

Camille W.

(Lundi 2 février)

A deux heures moins cinq, le joyeux groupe estudiantin que nous formions s'est reconstitué devant l'entrée du 174 Maanweg, siège de la Cour Pénale Internationale.
Le ton est donné avant même de pénétrer par les barbelés surplombant des grilles devant l'entrée. On parle de guerre ici! Et même de ce qu'elle fait de pire. Rien à voir avec la somptueuse bâtisse de la Cour Internationale de Justice: à côté d'elle, l'immeuble blanc et délavé jouxtant la voie ferrée qu'est le siège de la CPI est bien austère, voire rebutant. Aurait-on voulu mettre les prévenus en prison avant l'heure, et les juges avec eux par la même occasion? L'ironie laisse rapidement place à l'indignation devant la taille des salles d'audience. Si l'intérêt social que nous portons à une cause est proportionnel à la taille des prétoires qui s'en chargent, alors nous faisons bien peu de cas des crimes contre l'humanité et des génocides: J'ai connu des tribunaux de première instance plus grands que ça souffle-t-on à côté de moi. Rassurons-nous cependant! La Cour déménage très prochainement dans des locaux flambants neufs, où elle pourra donner à l'importance de ses affaires leur pleine portée symbolique.
Nous sommes accueillis, du reste, par l'un des adjoints au substitut du procureur, vraisemblablement notre aîné de quelques hivers seulement. Il ne faut pas s'y tromper: bien qu'il ait la modestie de répondre je ne sais pas quand il n'y a effectivement rien de bien clair sur une question posée, toutes ses propositions sont d'une grande efficacité et d'une clarté à faire pâlir bien des universitaires. C'est donc fort instruits sur le fonctionnement pratique du droit international pénal et les rouages institutionnels de la CPI que nous avons cheminés vers le siège des éditions E.L.S. 

Titus M.

Notre groupe de Juristes européens fut convié dans l'enceinte de Sdu, à la Haye, éditeur juridique du groupe Edition Lefebvre Sarrut, et ancien journal officiel des Pays-Bas, dont l'histoire nous fut expliquée par M. Paul-Etienne Pimont. Nous eûmes également la chance d'assister à une conférence de Madame Isabelle Heuzé qui nous fit le récit du parcours d'une juriste française aux Pays-Bas, ainsi qu'une introduction au droit fiscal dans le cadre des relations entre les deux pays. La conférence fut suivie d'un cocktail dans les locaux du Sdu, où les étudiants purent échanger avec leurs interlocuteurs, et également rencontrer la directrice de l'entreprise, afin de répondre à leurs questions.

Ibtissem G.

La visite à l'Office Européen des Brevet a été passionnante pour beaucoup d'entre nous. Ce qu'on pense être un détail, à savoir la délivrance de brevets, cache en fait un long processus engageant plusieurs niveaux d'expertise et plusieurs acteurs, dont les parcours sont très différents. Des experts, des juristes, des scientifiques travaillent en équipe de trois, et accordent une place cardinale à la discussion et au débat. Chaque expert a sa spécialité, de la reconnaissance vocale à la résistance aux chocs, et chacun travaille dans son champ de compétence tout en s'initiant aux autres domaines. Cette vision des choses reflète une curiosité rare dans de telles institutions, et cela m'a profondément touchée.

Ghita L.

La rencontre à la résidence de l'ambassadeur de France aux Pays-Bas a d'abord été agrémentée de la présence, non prévue initialement, de l'ambassadeur lui-même, S. E. Laurent Pic. L'ambassadeur nous a accueillis par un discours au sein duquel il a particulièrement insisté sur l'importance croissante des enjeux juridiques sur la scène diplomatique internationale. Sa conseillère juridique a ensuite tenu à préciser la difficulté pour les juristes d'accéder à des fonctions diplomatiques au vu de la façon dont se tiennent les concours permettant d'accéder à ces fonctions. Toutefois, elle nous a encouragés à tenter, comme elle, notre chance, en affirmant sa conviction qu'il y a un réel besoin de juristes dans la diplomatie.

Raphaël C.

Bureau de l'Association des Juristes Européens,
Contact : emmanuel.ea1@gmail.com / wild.jerome@gmail.com