Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Campus - Associations - Fsdie - Paris 2 a participé à la "Moot court" d'arbitrage international Willem C. Vis

Paris 2 a participé à la "Moot court" d'arbitrage international Willem C. Vis

Paris 2 a participé à la "Moot court" d'arbitrage international Willem C. Vis
European Law Moot Court
Elle a terminé dans les 64 meilleures équipes sur 237, ce qui est assez rare pour une université française.

Nous avons participé à la "Moot court" d'arbitrage international Willem C. Vis.

Des étudiants des masters de droit international privé et du commerce international ainsi que de celui de relations économiques internationales ont été choisis fin septembre pour constituer l'équipe qui représenterait Paris 2.

Notre équipe à été coachée tout au long de ce long travail par Maîtres Marie Errera et Philippe Nouel, du cabinet Gide Loyrette et Nouel. Le cas pratique de la moot court a été mis en ligne en octobre 2008. Dès lors, les 237 équipes participantes avaient jusqu'à mi-décembre pour écrire un mémoire en demande, en se mettant dans la peau du conseil d'une des parties, sur deux questions de procédure arbitrale et deux questions de fond.

Suite à cela, les mêmes équipes avaient jusqu'à fin janvier pour écrire un mémoire en défense, représentant cette fois-ci la partie adverse, et devant en quelque sorte contre-attaquer. Ces deux étapes constituent la phase écrite du concours, et ont été très exigeantes au niveau du travail à fournir. Nous avions des réunions hebdomadaires avec les avocats qui nous orientaient, nous corrigeaient, et nous permettaient d'avancer.

La phase écrite terminée, la préparation de la phase orale commença début février. Il était question d'apprendre l'art de la plaidoirie pour être prêt pour le grand rendez-vous à Vienne début avril. Deux plaideurs furent sélectionnés dans notre équipe, et s'entrainèrent à la fois au cabinet Gide ainsi que contre d'autres équipes, lors de "Pre-Moot" organisés par des cabinets d'avocats situés sur Paris, ou par la Chambre de commerce international. La difficulté résidait dans la capacité à convaincre un tribunal arbitral avec un temps de parole limité (15 minutes par plaideur), et ceci en anglais. Chaque tribunal évalue la qualité des plaideurs (note sur 50). L'objectif d'un tribunal n'est pas de rendre une sentence mais de juger de la qualité des plaideurs.

Une fois à Vienne, les journées de plaidoiries se sont enchaînées à un rythme effréné. 4 jours après le début des plaidoiries, un grand rassemblement permit d'annoncer les 64 équipes qualifiées pour les 32èmes de finales de la compétition, objectif difficile à atteindre, vu les 237 équipes venant du monde entier pour participer à cette compétition (pour exemples : Harvard, King's College, Cornell Law School, des universités d'Amérique Latine, d'Australie, etc...). Nous nous sommes qualifiées pour ces phases finales, ce qui est une source de satisfaction. Nous fûmes néanmoins éliminés en 32ème de finales par la brillante équipe d'Ottawa, qui a atteint les quarts de finale de la compétition.

Nous avons donc terminé dans les 64 meilleures équipes sur 237, ce qui est assez rare pour une université française. Au nombre de points distribués par les arbitres, notre classement est 57ème sur 237.

Florent Dejonge, pour l'équipe "Paris 2 Moot"