Accès direct au contenu

Recherche avancée


Accueil > Recherche > Thèses > Résumés de thèses > 2010

L'inexistence du contrat

Alexis POSEZ

Publié le 18 mai 2010

Soutenue le 18 mai 2010 sous la direction de Dominique BUREAU

Imaginée au milieu du XIXe siècle pour satisfaire de mauvais prétextes, asservie aussitôt à une logique fonctionnaliste, la théorie de l'inexistence naissait sous de bien mauvais auspices. Faute d'avoir jamais pu se défaire de ses excès, elle était condamnée à subir le feu de la critique doctrinale, et à y succomber. Si bien que c'est finalement son acte de décès que dressèrent, un siècle passé de cette vie polémique, les Travaux de l'Association Henri Capitant.

Aujourd'hui pourtant, n'ayant jamais au reste tout à fait déserté les prétoires, la notion d'inexistence, débarrassée de sa théorie, semble renaître. Un courant doctrinal nouveau tend désormais à convaincre que, loin de constituer la catégorie pratique, et non logique, à laquelle on l'avait hier ravalée, l'inexistence se présenterait tout au contraire comme une catégorie purement logique et nullement pratique. Et de fait, si l'on veut bien reconnaître que ses effets autant que son régime ont vocation à tout emprunter à la nullité absolue, formant ensemble un droit commun de l'anéantissement radical du contrat, il n'est plus aucun obstacle à en refaire l'examen méthodique, qui est celui de ses causes.

Comme toute chose, le contrat est inexistant chaque fois que lui manque un des éléments constitutifs de sa définition, autrement qualifiés d'essentiels. Si l'on s'entend pour désigner sous ce mot l'accord de volonté destiné à produire des effets de droit, il apparaîtra que son essence est tout entière dans la volonté des parties, et que celle-ci peut alors faillir pour des causes propres à la personne même de ses auteurs, aussi bien, et plus souvent même, que pour des causes relatives à la teneur de leur volition.

Ainsi borné, le domaine de l'inexistence n'empiète plus sur celui de la nullité. Contre l'instrument de dérèglement théorique qu'elle fut autrefois, l'inexistence reparaît pour ce qu'elle est simplement : une notion juridique ayant vocation, autant que d'autres, à sanctionner la formation du contrat.

Mots-clés :
Contrat, Formation, Existence, Inexistence, Nullité, Volonté, Essence, Requalification, Personnalité juridique, Conscience juridique, Consentement, Offre, Acceptation, Condition

mise à jour le 21 mars 2011


Université Panthéon Assas - 12 place Panthéon 75005 PARIS - tél. : +33 (0) 1 44 41 57 00